Article

Mission 2019 – Newsletter n°6 : Artemisia ééé, Artemisia ouooh

08/08 : c’est déjà la dernière formation pour nos trois mousquetaires et leur inséparable Aminata ! Plus que motivées pour cette dernière étape, nous nous rendons à Zac Mbao pour parler de l’Artemisia. C’est l’occasion pour nous de faire partager aux apprenantes une chanson que nous venons tout juste de découvrir… et pas n’importe quelle chanson : une chanson sur l’Artemisia annua !! Si vous vous l’écoutez, vous pouvez taper ‘’Dhamma Rasta – Artemisia’’ sur YouTube. Le clip reprend en partie des images du film ‘’Malaria Business’’, que nous vous invitons à regarder pour mieux comprendre les enjeux autour de l’Artemisia annua.

« Artémisia ééé médecine naturelle,plante sacrée
Artémisia ouou ooo chacun doit être libre de se soigner
Artémisia ééé médecine naturelle,plante sacrée
Artémisia ouou ooo Tout le monde devrait pouvoir l’avoir dans le potager…. « 

Lien YouTube vers la chanson : https://www.youtube.com/watch?v=MOsAi2IzhMA

Le 9 août, nous avons clôturé la mission MYLAA 2019 en organisant une cérémonie de remise des diplômes aux personnes formées. Lors de la cérémonie, les plus motivés étaient présents malgré les préparatifs de la Tabaski et les nuages menaçants.
Avec des formations dans des quartiers de Dakar, Rufisque, Gorée et Saint-Louis, nous avons formé un total de 178 petits producteurs, qui sont désormais des relais pour diffuser l’Artemisia annua.

Pour nos derniers jours au Sénégal, nous avons eu la chance de participer à une grande fête nationale : la Tabaski (ou Aïd en arabe) qui se tenait le 12 août. Il s’agit d’une fête musulmane commémorant l’épisode où Dieu demande à Abraham de sacrifier son fils, puis, le voyant prêt à accomplir l’acte, le substitue par un mouton. La Tabaski est donc la fête du mouton : chaque famille achète et sacrifie un certain nombre de moutons, et prépare ainsi des réserves de viande pour plusieurs mois. Il s’agit aussi d’une journée de prières et de pardon, où chacun s’excuse de ses erreurs passées devant l’autre.

Mouton de la Tabaski en chemin vers son destin

 

 

 

Plat de la Tabaski à base de mouton

À St Louis chez Aminata pour cette fête, nous avons pu largement apprécier les coutumes sénégalaises, et nous avons même pu revêtir la célèbre tenue ‘’taille basse’’, aux couleurs et formes épatantes !

 

Article

Mission 2019 – Newsletter n°4 : L’Artemisia à la conquête de Dakar

Arrivée à Dakar le 25 juillet, la team d’août (Lucie, Jessica et Marina) prend peu à peu ses marques dans le pays de la Teranga et fait la rencontre d’Aminata, une jeune sénégalaise qui a rejoint le groupe Mylaa de juillet – elle est super motivée par le projet !

Lucie, Marina, Aminata, Jessica

Après le départ de l’équipe de juillet, notre trio (quatuor avec Aminata) – aka les mousquetaires comme nous nous ferons appeler plus tard – est plus que motivé pour diffuser la culture de l’Artemisia annua. Nous réalisons notre première formation le 29 juillet à Yoff Apecsy, un quartier de Dakar. 6 femmes sont formées à la production et transformation de la plante médicinale. La rencontre avec ces femmes est l’occasion de parler culture et traditions sénégalaises, ce qui nous vaut de nombreux débats animés, notamment sur la polygamie et le système familial local. Tous ces échanges se font autour du fameux plat national : le Thieboudiene !

  

 

Le 30/07, l’équipe prend la direction des bureaux de Boubacar Cissé, le président de la coopérative CAPA (Coopérative des Acteurs et Producteurs d’Artemisia). Nous sommes accompagnées de Kala, le vice-président, et de Bineta, notre binôme. La CAPA a été créée en 2018 dans le but de développer une filière équitable et durable autour de la culture et la transformation de l’Artemisia annua. L’objectif est que les sénégalais formés à la culture de la plante puissent vendre leur surplus de production à la coopérative, alors chargée de transformer ces surplus pour une vente en tisanes, gélules, savons, baumes….

Cette réunion nous permet de discuter des différents produits de transformation envisageables et de la structuration de la coopérative. L’idée est que chaque groupement formé dans les différentes villes et les divers quartiers ait un référent qui fasse le lien avec la CAPA, le siège de celle-ci restant à Dakar. Plein d’idées germent et nous font comprendre qu’il y a beaucoup de possibilités pour l’Artemisia !

 

 

Le 31/07, notre plant d’Artemisia fait sa star en se présentant aux studios de la radio Trade FM (88.1) ! Il s’agit d’une radio locale, située à Dakar, et qui traite d’affaires et de consommation.

Nous sommes très heureuses de pouvoir toucher un plus large public avec cet enregistrement, diffusé le lendemain matin à la radio (vous pouvez le retrouver sur notre page facebook Projet Mylaa). D’ailleurs, le technicien de Trade FM, subjugué par la plante, nous passe ses coordonnées afin de planifier une formation avec son quartier l’été prochain…le planning 2020 se met déjà en place !!

 

 

L’après-midi, nous rejoignons l’Empire des enfants (notre logement) pour faire des semis avec les enfants qui y sont accueillis la journée. Plus que motivés, ils s’appliquent à faire, chacun, un pot avec des graines d’Artemisia annua. Nous espérons ainsi sensibiliser les plus jeunes aux vertus de cette plante médicinale encore trop peu connue au Sénégal.

 

Pour la première fois, nous utilisons lors de ce semis des graines fournis par l’association Kokopelli, association luttant pour l’autonomie et l’autodétermination des populations en leur proposant des semences libres de droit et reproductibles. Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-contre prises au bout de quelques jours, ces graines sont extrêmement fertiles !

 

 

 

Le 1eraoût, nos mousquetaires se rendentau centre de formation professionnelle de Ouakam. Cette 2èmeformation fait suite à une première visite du groupe de juillet, qui y avait présenté notre projet le 10/07. Très intéressées, ce sont 13 personnes qui étaient présentes et motivées pour réaliser savons, semis et apprendre toute la théorie autour de l’Artemisia annua. Les apprenants sont repartis avec un savon, un pot semé et un kit (tisane, gélules, graines et fiche récapitulative). Ils se sont montrés enthousiastes à l’idée de vendre leurs produits à la coopérative CAPA en complément de revenus ! D’autre part, grâce à un apprenant, une nouvelle formation est planifiée pour l’année prochaine à Touba, la célèbre ville sainte à 200 km à l’est de Dakar. L’agenda 2020 ne cesse de se remplir !

    

En sortant de la formation, nous montons courageusement les 198 marches d’une des deux collines volcaniques de Dakar pour atteindre l’impressionnant Monument de la Renaissance africaine. Il s’agit d’une statue de bronze et cuivre représentant un couple et son enfant dressés vers le ciel. L’édifice a été inauguré en avril 2010 par le président sénégalais Abdoulaye Wade.

Article

Mission 2019 – Newsletter n°3 : un nouveau départ

Cette semaine fut la dernière pour l’équipe de juillet, qui passa le relais à Jessica, Marina et Lucie de l’équipe d’aout.

Lundi, nous nous accordons une journée de repos et nous rendons dans le Sine Saloum, une région un peu plus au Sud, et nous découvrons les magnifiques mangroves du parc naturel national. La végétation, dans un état de conservation exceptionnel, héberge de nombreux oiseaux : aigrettes, hérons de toutes sortes, martin pécheurs et cormorans nous ravissent de leur présence ! Nous rentrons avec des étoiles dans les yeux. La journée n’est cependant pas terminée car nous devons préparer les deux formations du lendemain : nous nous mettons à la tâche et préparons plus de 60 kits de formations !

 

Mardi, l’équipe se divise pour réaliser les deux formations simultanées ! Seyna, Audrey et Aminata se rendent à Rufisque, dans la banlieue de Dakar, pour former 14 personnes dont certaines ne parlent que Wolof… Aminata est parfaite dans son rôle de traductrice ! Xavier, Ali et Nina, accompagnés de Bineta, se rendent à Parcelles Assainies pour la seconde formation. Au total, près de 25 personnes ont été formées à la culture et transformation de l’Artemisia aujourd’hui !

Le soir, l’équipe d’aout débarque au Sénégal, où les juillettistes l’attendent jusqu’à 3h du matin…

Jeudi, nous entamons un atelier intensif de préparation de kits pour anticiper les semaines à venir, et la remise des diplômes prévue dans l’après-midi. Malheureusement, celle-ci est annulée… Les kits seront prêts pour les prochaines formations ! Lucie, Ali et Xavier rencontrent une deuxième fois le chercheur Adiou Ndiaye à l’université afin de discuter des modalités d’un partenariat avec MYLAA.

Vendredi, l’équipe au complet fait le tour des pépinières créées l’année précédente à Hann Bel Air, où de nombreux micro-jardins formés sont demandeurs en Artemisia : les semences 2018 étaient de qualité moyenne et les semis ont donné moins de plantes qu’espéré. Nous en redistribuons donc. Nous rencontrons le professeur Bachirou Gueye, expert en paludisme et en Artemisia, qui a reçu le prix d’excellence en 2002 pour sa contribution pour avoir fait reculer le paludisme.

 

L’après-midi, nous nous rendons au micro-jardin du camp militaire de Thiaroye, où de nombreuses Artemisia prospèrent désormais aux cotés de la menthe, des navets et des aubergines.

Samedi, c’est la dernière journée au Sénégal pour l’équipe de juillet. Dans la matinée, nous nous rendons au Lac Rose, lieu touristique du Sénégal, où nous profitons d’une jolie balade en pirogue avant la baignade pour les plus courageux ! Le lac peut contenir jusqu’à 400g de sel par litre d’eau, autant dire que l’on y flotte sans aucun effort ! Le midi, nous dégustons un dernier Thiébou Diene (riz au poisson) avant de rentrer pour achever les préparatifs du départ.

Article

Une tisane contre le paludisme ? articles passionnants dans le journal le Monde

Bonjour chers supporteurs de l’Artemisia et du projet MYLAA,

Nous avons été ravis de lire dans le Monde du 24 avril, pour la journée de lutte contre le paludisme, 3 articles très complets sur l’Artemisia annua !

Artemisia : une tisane contre le paludisme ? 

Artemisia : quel traitement est le mieux adapté ?

Encourager la production locale d' »Artemisia »

Bonne lecture !