Journal

Mission 2019 – Newsletter n°2 : l’Artemisia voyage

La deuxième semaine du voyage fut tout aussi chargée et enrichissante que la première.

Mercredi, sur le retour de Saint Louis, Nina, Ali et Audrey s’arrêtent vers Thies pour rencontrer un guérisseur, More Niane, précurseur de l’Artemisia au Sénégal. En effet, il a introduit la plante en 2003 dans son village, suite à la mort de 5 enfants atteints du paludisme. Depuis, il y a éradiqué le paludisme ! Seul le manque d’eau limite l’extension de ses parcelles, qui produisent déjà 60kg d’Artemisia par an. Il soigne aujourd’hui de nombreuses personnes grâce à l’Artemisia, qu’il associe à d’autres plantes médicinales. Plus de 90% des patients qui le consultent viennent pour autre chose que le paludisme : diabète,  asthme, règles douloureuses. L’Artemisia serait-il un remède miracle ?

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et plein airL’équipe se retrouve à Dakar, Aminata nous rejoint. Elle n’est pas de trop pour affronter la journée du jeudi où trois missions différentes nous attendent : aux Parcelles Assainies, Nina et Ali forment 18 tradi-praticiens, qui jouent un rôle essentiel dans la médecine sénégalaise. De son côté, Xavier, accompagné d’Aminata, se dirige vers le Centre d’Horticulture de Cambérène pour réaliser un semis, et mettre en place une nouvelle pépinière. Le centre encouragera les étudiants en Master à étudier les caractéristiques agronomiques de la plante. Pendant ce temps, Seyna et Audrey se lèvent tôt pour se rendre à Village Pilote, un centre de réinsertion des jeunes des rues dans le milieu professionnel. Certains enfants travaillent dans le maraîchage, encadré par Blaise, le jardinier, qui connait déjà l’Artemisia et est ravi de notre venue. Nous effectuons un semis avec lui et quelques enfants, et laissons de la tisane pour l’infirmerie. Ces trois missions feront l’objet d’un suivi attentif afin de pérenniser au mieux les pépinières mises en place.

L’image contient peut-être : 12 personnes, personnes souriantes

Vendredi, l’équipe se rend à Vibe Radio Sénégal, l’une des radios les plus plus écoutée du pays, pour une interview qui sera diffusée bientôt sur les réseaux sociaux ! Puis nous nous accordons une après-midi de pause et nous baladons dans les rues et marchés de Dakar.

L’image contient peut-être : intérieur

Samedi, nous nous dirigeons vers l’île de Gorée, à 4 km de Dakar, où une formation est programmée pour dimanche, en partenariat avec l’association Gorée Heritage. Cette association oeuvre pour la conservation du patrimoire goréen et pour la dynamisation des activités sur l’île. Nous préparons la formation avant de partir à la découverte de l’île, qui fait 900m de long… On fait vite le tour! L’absence de voiture y est très agréable.

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes souriantesL’image contient peut-être : océan, ciel, plein air et eau

Dimanche, nous formons onze femmes de Gorée. Au programme : ateliers fabrication de savons, de baume, et semis, sans oublier la vulgarisation de l’usage de notre plante fétiche comme traitement anti paludique. Les femmes sont pleines d’énergie et très enthousiastes : elles comptent diffuser l’Artemisia à toute l’île et y éradiquer ainsi le paludisme ! Les membres de l’association Gorée Héritage prévoient déjà de former eux-mêmes d’autres goréens la semaine suivante et d’installer une pépinière dans le jardin communautaire de l’île. Leur engagement nous met du baume au coeur, et l’équipe d’août ne manquera pas de venir faire un suivi.

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes assisesL’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, plein air

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *