Journal

Newsletter n°3 – la transition entre les 2 équipes MYLAA

Celia, Léo et Lola sont arrivés samedi 27 juillet à Dakar, pour prendre le relais et poursuivre les objectifs de notre mission. Voici un résumé de notre première semaine :

Le week-end dernier s’est faite la transition entre les équipes MYLAA 1 et MYLAA 2, l’équipe MYLAA au complet. Nous sommes plongés dans le bain immédiatement avec une première journée riche en rencontres, toutes très motivantes. Une femme formée cultivant de l’Artemisia, une femme atteinte du paludisme depuis longtemps qui s’est soignée grâce à la plante, des femmes intéressées par une formation que nous rajoutons à notre programme et une femme auto-entrepreneuse qui conditionne et vend des produits de qualité fabriqués localement, très intéressée par le projet.

Enfin, nous déjeunons avec des jeunes motivés pour nous aider à diffuser l’Artemisia, en faisant du porte à porte pour distribuer un plant d’Artemisia à chaque maison dans le quartier. Le but de ce programme « Une maison, un plant » est d’attiser la curiosité des gens, qui vont découvrir les bienfaits de la plante, et souhaiteront ensuite participer à une formation et adhérer à la coopérative. Tout le potentiel est là : Kala en leader, des productrices pour cultiver la plante, des jeunes pour la diffuser et une femme pour la commercialiser. C’est très encourageant ! À nous de faire en sorte que leurs paroles se réalisent.

Le dimanche nous débriefons tous ensemble. Nous avons seulement une journée avant le départ de Mickael et Charlotte, pour que l’équipe MYLAA 1 nous résume tout ce qu’ils ont fait pendant un mois, toutes les nouvelles connaissances accumulées, les nouveaux contacts rencontrés et ce qu’il nous reste encore à faire.

Lundi, nous rencontrons la présidente du programme « Jardinons les villes », qui a pour but d’aménager les banlieues de Dakar en jardinant dans des zones complètement délabrées. Le résultat est impressionnant : les ordures qui s’accumulaient autour des écoles ont fait place à de petits jardins, avec des baobabs, des aubergines, des tomates, de la menthe et beaucoup d’autres plantes. Ce programme fait appel à l’aide de jeunes hommes en réinsertion, coordonnés par le rappeur engagé Fou Malade, très connu au Sénégal. Nous le rencontrons avec son collectif et présentons notre projet. Il se montre très intéressé, il nous explique que le paludisme est un véritable problème dans cette zone de Dakar à cause des eaux stagnantes. Il propose beaucoup d’idées pour la diffusion de la plante et pourrait nous aider à la faire connaître en faisant une musique.

Formation à Maliste

Mardi, la formation d’une vingtaine de femmes, qui s’est improvisée quelques jours auparavant, s’est très bien déroulée. Les femmes étaient énergiques et motivées.

Un proverbe dit « Qui arrête d’apprendre, arrête de grandir ».
Nous, on veut continuer de grandir, c’est pourquoi nous sommes là.

Après un jour de pause à l’île de Ngor, nous travaillons sur le film et les formations. Nous passons le vendredi et samedi à Thiès (à 1h de Dakar) pour rencontrer Karim, ingénieur agronome spécialiste de l’Artemisia et le frère Elie, qui cultive différentes variétés d’Artemisia dans les jardins de l’Abbaye Keur Moussa. Nous terminons la semaine avec un dimanche sur l’île de Gorée et nous rendons visite à nos partenaires l’ASAO et le peintre sous-verriste Mamoune.

Le temps défile, dans deux semaines la mission d’achève déjà. Nous avons encore deux autres formations prévues et un grand rassemblement le 16 août qui réunira tous les anciens formés et lancera le programme « Une maison, un plant ».

 

Lola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *